Dans quels objectifs mobiliser les sciences participatives ?

La Forêt irrégulière école (FIE), dans son rôle de centre de ressources associe la recherche au partage des connaissances. Dans cet objectif, la FIE développe des projets de sciences participatives et souhaite ainsi sensibiliser le plus grand nombre en vue de mener des actions de recherche, tout en associant la population au pilotage des actions ainsi qu’aux réflexions sur l’appropriation de la forêt.

Quels sont les résultats attendus ?

Nous attendons de cette démarche un apport de connaissances construites par une approche participative et que ces connaissances soient mobilisables pour la gestion forestière ainsi que dans nos formations pour être rendues accessibles au plus grand nombre.

Les apports de connaissances

A travers les projets qui sont proposés, nous attendons un développement des connaissances actuelles pour expliquer les phénomènes observés.

Nous souhaitons également intégrés ces nouvelles connaissances à nos parcours de formations.

Les apports pour la gestion

Nous souhaitons mobiliser les connaissances développées pour aider à la gestion forestière en proposant des éléments de réponses mobilisables dans la Sylviculture mélangée à Couvert Continu (SMCC) ou futaie irrégulière.

Les apports des sciences participatives

Nous attendons de cette démarche participative de pouvoir associer le territoire (habitants, établissements scolaires, associations, élus…) certes à la production des données, mais surtout à proposer des éléments de questionnement, à participer aux traitements des échantillons ainsi qu’à la présentation et à la critique des résultats des expérimentations.

Les projets de sciences participatives

Comment la mise en relation de la consommation en eau d’un peuplement avec la quantité de précipitations et les réserves en eau du sol peut-elle contribuer à expliquer les dépérissements constatés ces dernières années ?

Les impacts du changement climatique et leur perception sont des enjeux majeurs pour les années à venir, particulièrement en sylviculture où la forêt d’après-demain est celle créée dès aujourd’hui.

De plus, face au dépérissement constaté , plusieurs interrogations se posent, comme par exemple, pour la gestion en SMCC, la question de conserver ou non les gros bois (ce qui est habituel dans cette sylviculture).

Mais la SMCC offre aussi l’opportunité de s’appuyer davantage sur les mélanges d’essences locales, dont certaines sont plus résistantes aux sécheresses. D’où l’importance de mieux connaître les mécanismes à l’œuvre dans ces dépérissements pour mieux adapter les choix à venir, tant sur les arbres adultes en place que sur les renouvellements à installer.

Ainsi, à travers ce projet, nous souhaitons contribuer à :

  • Identifier les consommations en eau et les quantifier par essence,
  • Identifier les potentialités en eau,
  • Rapprocher la consommation en eau, les disponibilités et le climat

Ce projet qui bénéficie du soutien financier de la Région Grand Est, est conduit en partenariat avec notamment :

  • INRAE Centre de Nancy, UMR Silva, unité mixte de recherche AgroParisTech -INRAE – Université de Lorraine, dont l’expertise scientifique sur la réponse des écosystèmes forestiers aux aléas climatiques, en particulier à la sécheresse est largement reconnue. Ses recherches sur les dysfonctionnements des peuplements, les dépérissements forestiers et la mortalité des arbres sont au cœur de ce projet.
  • Tous Chercheurs à Nancy-Champenoux dont la vocation est de mettre la recherche scientifique à la portée de tous dans des espaces offrant les conditions d’un apprentissage du type : « apprendre en faisant ». Les publics accueillis en stage (élèves, grand public, associations, professionnels) adopteront pendant deux à trois jours consécutifs la posture d’un chercheur pour résoudre le problème qui leur sera présenté pour contribuer à l’objectif du présent projet. Ils proposeront des hypothèses de travail, imagineront leur protocole, expérimenteront, discuteront et communiqueront leurs résultats.
  • Le Labex ARBRE, qui a engagé depuis sa création une réflexion stratégique sur la culture scientifique et technique, accompagne en outre des initiatives visant à former à la démarche de recherche et à communiquer vers les publics.

Comment participer aux projets de sciences participatives ?

Pour suivre cette démarche et participer aux projets, vous pouvez contacter l’équipe FIE : contactez nous !

Ces projets sont proposés à tous, qu’il s’agisse d’un intérêt personnel, professionnel ou scolaire.

Au-delà de la thématique de recherche, des interventions liées aux sujets seront proposées pour étendre la sensibilisation par le regard de spécialistes et ainsi enrichir la démarche. Ces rendez-vous seront également l’occasion de découvrir de nouvelles méthodes et différentes perceptions de la forêts !